RPG Dyrelia
Bienvenue sur les archives de Dyrelia ! Vous trouverez ici le planning, les rps en cours, les fiches personnages et les suivis mais aussi beaucoup d'autres projets rpg !

Seuls les partenaires rps pourront s'inscrire, alors n'oubliez pas de faire votre demande !

#1 I'm dangling down the edge

Aller en bas

#1 I'm dangling down the edge

Message par Dyrelia le Ven 2 Nov - 8:13

Jour J.

J'ai été réveillé ce matin par un homme que je n'avais jamais vu. Surement un infirmier qui venait d'arriver dans le service. Je l'ai trouvé assez jeune pour réellement faire parti du corps médical, mais je n'ait pas eu le temps de lui poser plus de question. Il m'a emmené dans une salle médicale pour un dernier bilan rapide. Je me rappelle assez bien de mon arrivée dans l'établissement il y a six ans de cela. On m'avait retiré tout mes biens. Ils m'avaient arraché à ma vie d'avant. Je ne savais même pas si je pourrais sortir à l'époque, mais maintenant c'est le jour j, et je sais qu'Alastor avait tout prévu. Les dernières consignes avaient été de rester calme, jusqu'à la sortie. Après, je serais enfin libre, j'allais avoir une journée entière pour moi, et il me rejoindrais à la tombée du jour. J'étais tellement stressé et excité que j'ai essayé de me contenir devant l'infirmier, mais il ne semblait pas faire plus attention que cela. Il n'a même rien dit sur les marques de coup sur mes poings, souvenir de … enfin tu sais.

Après m'avoir déshabillé et osculté, il m'a amené toutes mes affaires personnelles, gardées précieusement par leur service. Je me suis habillé, remarquant que mes vêtements m'allait toujours aussi bien (j'avais eu peur de perdre trop du corps). Lorsque j'ai vu mon alliance, j'ai décidé de la garder dans une poche. Je ne veux pas penser à elle. Je n'irais pas à la maison. Je ne veux pas voir maman.

Ensuite il m'a fait sortir de la salle, fait passé devant le bureau d'administration ; je n'ai eu qu'à faire une signature et il m'a raccompagné jusqu'à la sortie. Enfin, ils m'ont dis de venir régulièrement prendre mon traitement, en me filant des flacons de pillule. J'avais l'habitude. J'en ai pris deux avant de sortir.

J'étais libre. Seul. Avec un peu d'argent sur moi et mon carnet. Mais tout ce à quoi je pensais, c'était de me balader, de visiter Londres, parce que je n'y suis jamais allé, même si c'était là qu'on m'avait placé. A part la cour extérieure de temps en temps, je n'avais pas le droit aux sorties. Alastor a vraiment fait du bon boulot. Personne ne m'aurait jamais fait sortir, en sachant ce que j'étais. Je ne sais pas tellement comment il a fait, exactement, mais au moins j'étais dehors. C'était tout ce qui comptait.

J'ai passé la journée à me balader là où mes pieds me mené. Je crois que j'ai été jusqu'au palais, devant les grilles, où il y avait les soldats de la garde qui tournait, ensuite j'ai été au parc à côté et j'y suis resté un moment (je crois même que je me suis endormi sur un banc car à mon réveil, je me suis retrouvé avec un monsieur à côté de moi, je ne savais pas qui il était mais on a un peu discuté il était sympathique). Ensuite je suis allé longer la Tamise pour regarder l'eau. J'ai trouvé ça joli. Reposant.

Mais la journée est passée trop vite, et Alastor est venu me chercher. Il m'a amené à l'East End, une cave avec des symboles bizarres, qui menait ensuite à un appartement très sobre. Je ne sais pas trop comment c'est possible, j'ai cru un instant que la porte était apparu par magie...

Je n'ai pas osé lui demander. Si la magie existait vraiment.

---

Je me suis énervé contre lui. Il m'a dit qu'il fallait que je me calme, que j'étais trop excité. Garder la tête sur terre, il est bien lui. Je n'avais pas envie de dormir. J'avais juste envie de me promener... alors je lui ai ordonné de ne pas me suivre et d'attendre mon retour.

J'avais juste envie de voir l'eau de la tamise au clair de lune. Lui il ne comprend pas. Il n'est pas comme moi. Alors je suis retourné là où j'avais été dans la journée. Ca faisait un peu loin mais je prenais le temps. Et la lune était très belle.

C'est sans doute à ce moment que je l'ai vu. Elle. Toute proche du bord comme si elle allait sauter. Je me suis doucement avancé, ne sachant pas trop si elle le faire, dès qu'elle me verrait alors j'essayais d'être silencieux. Une jeune dame comme ça toute seule dans la nuit, je trouvais ça étrange et dangereux. N'importe qui pourrait lui faire du mal...

Je crois que je lui ai murmuré un truc à ce moment, quelque chose comme.

"Faites attention".


Dernière édition par Dyrelia le Ven 2 Nov - 8:14, édité 1 fois
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #1 I'm dangling down the edge

Message par Dyrelia le Ven 2 Nov - 8:13

Je crois que je lui ai murmuré un truc à ce moment. Quelque chose comme.

« Faites attention »

Je ne savais pas si j’avais parlé vraiment assez fort, parce qu’elle n’a eu aucune réaction. J’avais tellement peur qu’elle tombe à l’eau, que quelqu’un vienne me dire que c’était ma faute, qu’il fallait que j’arrête de rester planté là à ne rien faire alors qu’une vie était en danger. De retourner à l’institut parce que j’étais pas adepte à retourner à la vie civil et que j’étais inconscient. Je ne sais pas … j’avais tellement peur que tout bascule et ne s’effondre sur moi de nouveau, en seulement quelques instants. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est tout ce qu’il me passa par la tête à travers cette minute alors qu’elle restait de dos, se rapprochant toujours plus dangereusement du bord. J’étais tétanisé. Pas pour elle, mais pour moi. Je voulais pas être une nouvelle fois face à la mort … et qu’on m’accuse de nouveau. Un instant j’hésitais à appeler le démon… lui aurait sans doute pu savoir quoi faire dans de telle circonstance. Où au moins il aurait pu me rassurer.

Pourtant, elle finit par se retourner vers moi. Son regard sur moi était étrange. Je ne pense pas que je la connaissais. Je n’ai pas vu beaucoup de femme dans ma vie. On m’a toujours interdit de les approcher. Encore plus après… elle n’est qu’en chemise de nuit. On voyait beaucoup à travers. Maman n’aurait pas approuvé me savoir en telle présence… les médecins non plus.

La première chose qu’elle m’a dit, c’est que les étoiles étaient déjà mortes… Même si on pouvait encore les voir. Je ne sais pas comment elle le savait, ou si c'était vrai d’ailleurs. Est ce qu’on peut réellement voir des choses qui ne le sont plus? Elle s’avançaient vers moi en rigolant. Je ne sais pas si elle se moquait de moi ou si c’est parce que ça la faisait vraiment rire.Elle a dit que le ciel est une illusion, et que peut être qu’on était mort nous aussi. Ca a paru l’inquiéter. C’est à ce moment que j’ai compris. La plupart des gens que j’ai côtoyé ces six dernières années avaient parfois ce genre de discours. D’attitude. Elle était comme moi. Et peut être qu’elle n’avait tout simplement pas pris ses médicaments. J’ai bien vu qu’elle était blessée aux pieds. Je me demandais comment elle faisait pour ne pas avoir mal ou être gênée.

Alors je lui ai répondu. Parce qu’il n’y avait personne d’autre que moi et pas de médecin dans le coin.. Et aussi parce qu’il se faisait tard. Ou tôt. Et aussi parce qu’elle s'était éloignée du bord de l’eau et que du coup j’avais un peu moins peur.

« Non. Nous ne sommes pas mort. »

Je me suis avancé, plus. Je savais comment était un corps mort. Alors je lui ai pris Le Bras, regardant un instant ses coups et blessures. Elle était pâle, fraîche. Mais je savais que c’était dû à cette heure avancée. Si je la touchais plus loin, elle serait sans doute moins froide…

Je ne l’ai pas fait. On m’a dit de ne jamais le faire. Lui prouver qu’elle était bien vivante de la sorte… ça ne se fait pas. C’est ce qu’on m’a dit.

Alors j’ai lâché tout simplement son bras.

« Si je l’étais, je ne serais sans doute plus malade... »


Dernière édition par Dyrelia le Ven 2 Nov - 8:14, édité 1 fois
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #1 I'm dangling down the edge

Message par Dyrelia le Ven 2 Nov - 8:13

Alors j’ai lâché tout simplement son bras.

« Si je l’étais, je ne serais sans doute plus malade... »

Elle penchait la tête en me regardant d'un air badaud, cherchant sans doute à comprendre ce que j'entendais par là. Elle déchiffra rapidement que j'avais été enfermé. Moi aussi ? Elle était donc bel et bien allée dans un asile aliéniste. Comme je l'avais pressenti. Et tout comme moi à présent, elle en était sortie. Peut-être que tout comme moi, elle errait sans savoir réellement que faire de cette nouvelle vie ? Où aller ? Elle avait surement été tout comme lui emmenée loin de sa famille, qui l’avait littéralement vendu à la science pour quelques expériences sur les fous. Drôle de monde … finalement, les fous, c’est peut-être les autres. C’est ce que je me dis parfois. Même si je ne peux pas en être tout à fait certain. Alastor m’a dit que non. Mais que je peux bien penser ce que je veux, ce n’est pas important. Je n’ai pas compris ce qu’il entendait par là…

Elle avait l’air en tout cas heureuse. Pourtant triste aussi. Surement à se remémorer que les autres ne nous traites pas avec les mêmes égards. Elle m’avoua que tout le monde fait comme si elle était morte. Même si je pensais bien que c’était impossible. Elle ne pouvait pas. Elle ne l’était pas. Un mort ne bouge plus. Il est raide. La lueur dans les yeux s’est éteinte… et on ne peut rien faire pour changer cela. Pas même une caresse … ni un baiser…

Je comprenais ce qu’elle ressentait. Ma famille ne m’avait pas laissé non plus le choix. Peut-être même que pour eux je n’existais plus. Et peut être même qu’il en était mieux ainsi. On ne m’avait jamais appris à lire ou à écrire. Depuis tout jeune je n’avais appris qu’à travailler le cuir des chaussures avec maman. Elle m’avait toujours dit de me taire. De courber l’échine, travailler. Elle avait toujours tout décidé pour moi. Le travail. Les amis. L’épouse. L’hôpital.

Tout ça maintenant était fini. Je pouvais vivre comme je le voulais. Et plus personne n’oserait me frapper et me faire du mal comme autrefois. Fini les coups de ceintures. Maintenant c’est moi qui en donnerais.

Elle me demanda au bout d’un instant confirmation. Est-ce qu’elle était vraiment là. Je n’eu pas le temps de répondre qu’elle s’avança vers moi pour me prendre dans ses bras. Sans comprendre pourquoi réellement, je restais figé en la regardant. Même ma femme ne s’était jamais autant rapprochée de moi. Me prendre ainsi contre elle, reposant sa tête contre mon épaule pour me souffler dans le coup…

Ce souffle me garda figé. Oh si tu savais l’effet que ça me fit …

Chaud. Chaud au cœur de voir qu’on ne me fuyait pas même si j’étais malade.

Je sentais mon cœur battre pour ce contact. Mes doigts se serrant sur eux pour éviter de céder.

Mais en baissant les yeux, je m’aperçus que j’avais déjà posé ma main sur sa cuisse. Testant le tissu de son pauvre habit en essayant de le redresser.

J’avais envie de la toucher. Savoir la texture de cette peau contre ma paume.

Mais je me stoppais en me rappelant que n’importe quel homme ou marin pouvait nous voir sur les quais. Je ne voulais pas me faire interner de nouveau. Pas y retourner et repasser par le poste de police…

Je me reculais vivement. J’étais désolé. Peut-être qu’elle avait cru pouvoir se consoler…

« Je ne veux pas d’ennuis … »
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #1 I'm dangling down the edge

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum