RPG Dyrelia
Bienvenue sur les archives de Dyrelia ! Vous trouverez ici le planning, les rps en cours, les fiches personnages et les suivis mais aussi beaucoup d'autres projets rpg !

Seuls les partenaires rps pourront s'inscrire, alors n'oubliez pas de faire votre demande !

#8 Against the Wall

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

#8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:43

Rappel du premier message :

Lorsqu'il rouvrit les yeux, et qu'il revint une nouvelle fois à la réalité, il fut contraint de remarquer qu'il était partagé entre une certaine douceur et une violente dureté. Un immense malaise et une douleur lui comprimait à présent la poitrine. Et ça n'était pas seulement parce qu'il était allongé face contre terre, dans cette pièce dont il ne reconnaissait pas les traits aux premiers abords... Pourtant, d'un geste délicat, il sentit des plumes venir lui caresser la tête. Ne bougeant pas, venant simplement amener un regard vers ce mouvement, il remarqua sa propre aile, repliée vers lui, comme s'il s'était instinctivement recouvert avec. Il apporta une main, caressant légèrement ces plumes avant de déployer cette aile et tendre le bras pour en mesurer sa longueur… cet étirement fut douloureux. Depuis combien de temps étaient-elles sorties, à présent ? Il n’en avait pas le souvenir … il ne savait plus la notion du temps… voulait-il réellement savoir ?

Passant une main sous son torse, il se hissa pour se redresser, accroupi, venant inspecter à nouveau sa plaie au niveau de son estomac. Écartant sa veste et sa chemise, ses doigts tremblaient malgré le calme sur son visage. Cette blessure, il ne le savait que trop bien, ne se régénèrerait pas d’aussi tôt. Causées par une faux de la mort, les blessures n’étaient pas semblables à celles qu’une arme simple pouvait causer. Pire. Elles pouvaient être à présent mortelles pour lui. Mais il savait qu’il ne mourrait pas de celle-ci …

Son regard se perdit alors sur ses mains, baignées de sang séché. Il savait, à qui ce sang appartenait. Il ne s’arrêtait plus de trembler. Ses mains n'étaient pas les seules témoins du massacre dont il avait été l'auteur ... son visage aussi portait les marques des projections de sang, tout autant que ses vêtements.

Seulement six heures s'étaient écoulées depuis. Six heures, interminables. Qu'il ne savait remettre à l'endroit. Où il avait l'impression d'avoir eu des absences. De trop nombreuses absences. Il se sentait déboussolé. Perdu. L'esprit clair, sur au moins une seule chose.

Il avait massacré un homme.

Un dieu de la mort pour être précis. Mais cela faisait-il vraiment grande différence ? La raison lui échappait. Tout ce dont il se souvenait, c'était de se voir, l'égorger encore et encore, jusqu'à ce que la tête ne se détache du corps. Tant de violence et de colère. Pourquoi ? Il n'en savait rien... cet homme n'avait rien fait. Il avait seulement essayé de l'aider.

Son corps entier fut parsemés de tremblements à cette seule pensée.

Michael serra les poings contre le parquet de cette pièce. Où il était ? Il ne le savait que trop bien. Bien qu'il n'y était jamais entré auparavant. 21A, Kellett Road, Brixton. Il ne savait trop comment il avait réussi à arriver jusque là, bien qu'il savait que ce choix était le sien.

Ne pas se faire attraper, avant d'arriver jusqu'ici surtout... car personne n'aurait jamais laissé quiconque monter jusqu'aux appartements privés de Andrea Leone. Il aurait sans doute exécuté sur place par Calvelli son bras droit, en personne, avant que cela n'arrive. D'ailleurs, la porte devait être close... son regard se tourna vers la fenêtre qu'il avait cassé pour rentrer. Ce n'était surement pas ce détail qu'on remarquerait en premier dans la pièce. Il en était certain.

Andrea n'était pas là. Personne n'était là. La mafia vit la plupart du temps la nuit. Il ne connaissait pas l'emploi du temps de son "employeur" dans son entièreté. Sans doute un rendez-vous sans importance ... une réunion de famille improvisée ? Michael n'arrivait à sourire, même à ce détail pourtant cocasse. Il ne voulait plus qu'une chose. Qu'elle revienne.

Il se rallongea sur le sol, se dissimulant et s'enveloppant à nouveau avec ses ailes. En pleine nuit, la lumière était beaucoup plus tamisée, seul le clair de lune éclairait bien la pièce. Et c'est plongé dans cette non-obscurité, qu'il attendit.

Pour la première fois de sa vie, il n'essaya pas d'anticiper ce qu'il allait se passer. Car il ne le savait que trop bien.

Et c'était pour cette raison qu'il était aussitôt venu.
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas


Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:45

Une main inattendue et surtout inespérée vient se poser sur l'épaule de Michael, alors que celui-ci revoyait également passer le visage de Daemon dans ces derniers instants. Si seulement Charlotte avait été la seule. Il aurait pu se remettre plus facilement de ses émotions avec ces mots. Mais ce ne fut pas le cas.

"Tuer est parfois un acte de miséricorde."

Il ignorait pourquoi elle laissait échapper ces mots pour lui, et en redressant le regard vers elle, elle semblait être bien plus refermée et indifférente. Pensait-elle seulement ce qu'elle lui disait ?

"Tu as fait le bon choix."

Il ne put que la suivre du regard, alors qu'elle se baissait pour prendre le rasoir et venir l'éloigner de lui. Elle ignorait la présence de Zelus. Et que ce dernier lui aurait de toute manière interdit de s'en servir pour mettre fin à ces jours. Michael s'empara de son carnet. La seule chose encore précieuse pour lui en ce monde. Il avait envie de voir disparaître. Le brûler. Tirer un trait sur le passé. Oublier toute cette souffrance, et le mal qu'il avait pu faire. Mais ça n'effacerait rien réellement.

Il le garda en main, même lors du retour de Leone. La laissant l'installer et s'occuper de lui, il posa le carnet sur ses genoux, venant ramener son aile couleur cendre blessée à leur côté, passant un instant ses doigts à l'emplacement de la plaie, avant de regarder plus en détail sa main. Si féminine.

Il prit enfin conscience de sa différence. Son absence de masculinité. Ses formes plus rondes. Est ce qu'il devrait composer avec cette nouvelle apparence ? Combien de temps ? Il ne se sentait pas plus changé au fond de lui, mais le regard des autres... sa vie serait-elle vraiment la même ainsi ?

"Qu'est ce qui va se passer … maintenant ?"

A présent qu'elle avait eu accès au document et ce qu'il contenait. Est ce qu'elle déciderait de l'envoyer tout de suite filer son frère ? Le chercher ? Lui amener ? Et après ? Qu'est ce qu'elle fera une fois qu'elle l'aura ? Tant de questions sans réponses immédiates. Il ne savait pas qu'il pouvait s'angoisser autant tout seul … à croire que sa capacité émotionnelle était toute chamboulée. Il sentait une tension grandissante dans le creux de son estomac. Il continuait de pleurer, silencieusement.
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:45

Le flot de ses larmes semblaient ne plus pouvoir être contrôlé. Il n’avait jamais été un homme à se laisser autant aller, de manifester sa tristesse aussi clairement. La seule est unique fois où il s’était laissé allé de la sorte, c’était bien quand il avait dû abattre la fillette sur ce dock. Sans doute était-ce parce que ce morceau de passé avait resurgit si brutalement. Ou parce que que le poids de la culpabilité d’avoir récemment tué un autre innocent, d’une manière si brutale, allait sans doute le hanter pour le restant de ses jours, qu’il pensait à présent ne jamais arriver. Il n’y avait aucun moyen pour Leone de savoir ce qu'il s'était passé avant qu’il n’arrive en sang et ailes déployés dans ses appartements. Et au fond de lui, il savait qu’il n’aurait pas le courage de le raconter. Tout comme il n’aurait pas encore le courage de remplir pour l’heure la tâche qui lui incombait.

Leone continuait de recoudre minutieusement sa plaie alors qu’elle s’interrompit un instant pour répondre à sa demande. Elle semblait ne pas comprendre le pourquoi de cette question. Ou alors la réponse à ses yeux paraissait trop évidente.

« Maintenant tu vas guérir. »

Son corps guérirait très rapidement, ça il pouvait en être certain, et il ne conservera aucune marque. Mais son esprit porterait à jamais les cicatrices et les plaies, anciennes comme récentes. S’il savait comment tourner la page, voilà longtemps qu’il l’aurait fait. Et ainsi, toutes ses victimes n’auraient jamais eu à croiser sa route.Il jeta un coup d’œil à la jeune femme lorsqu’elle bu un gorgée d’alcool.Avant de remarquer un geste qui le surprit, autant qu’il l’embarrassa. Sa main se glissa sur sa joue, se baignant dans ses larmes, qui n’en finissaient plus de s’échapper de ses yeux. Du peu qu’il en savait, et c'était déjà bien assez, il ne la savait pas capable d’un tel geste envers quiconque. Même si cela voulait normalement apaiser la personne, cela ne fut qu’aucun secours à Michael. Qui n’avait jamais connu la tendresse, ni même de geste maternel à son égard… non elle faisait cela pour une autre raison précise, non ?

« Si tu dois te briser, fais-le maintenant. Ce sera ta dernière chance. »

Ce geste déjà fort perturbant fut accompagné d’un autre qui le plongea aussitôt malgré lui encore plus dans la gêne. Son visage tout contre sa poitrine, il ne savait pas identifier ces gestes. Ce qu’ils signifiaient. Pourquoi elle faisait cela. Même ses mots semblaient peu à peu dénués de sens.

Il se sentait toujours aussi perdu.

Jusqu’à ce que sa plaie au niveau de son coeur ne fut recouvert de ce liquide brûlant. La douleur était dérisoire, mais dériva toutes ses pensées, n’ayant que pour réflexe de venir s’agripper à elle, et tenter de réprimer une plainte sourde entre ses dents. Ayant plus une sonorité rageuse que de douleur en vérité, sans doute seul moyen de supporter cela… la rage et la colère étaient tout ce qu’il lui restait à la fin. Ou alors l’ange n’appréciait pas qu’on maltraite ainsi son humain… il y avait tellement de chose qu’il n’arrivait plus à discerner.

« Lâchez-moi...»

Cette colère, autant tournée vers lui-même que le monde entier, eu l’effet d’un électrochoc. Ses ailes vinrent enfin se rétracter dans un ultime effort et se mettre à disparaître doucement en rentrant dans son dos. Pour autant sa forme semblait ne plus vouloir le lâcher… même si son ton s’était retrouvé un peu plus grave, mais toujours sur une note féminine. Cette proximité avec elle… il ne l’aimait pas. Il préféra se détacher. Chercher à s’extraire.
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mer 14 Nov - 15:23

Elle ne cédait pas d'un pouce. Impossible de s'échapper de ces bras, même si volonté était là. Peut être qu'inconsciemment il savait qu'il devait rester pour se faire un mininmum soigner. Tout ceci était nécessaire. Pour qu'il endure la douleur sans fuir. C'est ce qu'il devrait faire de toute manière maintenant ? Tout ça lui paraissait si compliqué à faire. Il ne pourrait jamais rester passif. Juste attendre que les choses s'atténues. Ce n'était pas lui, de faire ainsi. Il agissait toujours. Que ce soit de la bonne ou mauvaise manière. Si elle ne voulait pas l'aider à se tuer, il savait de toute manière, qu'un moment où à un autre, il arriverait à s'auto-détruire.

"Ne bouge pas."

Il cessa finalement de se débattre, s'habituant presque à cette morsure de l'alcool sur sa chair à vif. Cela lui brûlait, évidement, mais ce n'était rien contre le poids de la culpabilité, qui lui restait à jamais dans sa poitrine. Quelques secondes nécessaires de plus, puis Leone le relâcha, reculant pour regarder cette chemise qu'elle avait tâchée. Michael, Ada, détourna la remarquant du coin de l'oeil qu'elle se dévêtît. Il était déjà assez mal à l'aise avec sa propre nudité pour pouvoir gérer de regarder celle d'un autre. Ses doigts glissèrent vers le carnet laissé sur le sol venant le refermer, puis le mettre du côté de ses affaires. Il n'avait aucune envie qu'on les lui jette. Il y tenait étrangement beaucoup. Même s'il ne pouvait plus réellement les porter pour le moment...

"Tu resteras ici ce soir."

Il ne redressa pas même le regard lorsqu'elle s'eclipsa de nouveau. Rester ici, de toute manière il ne voyait pas bien où il pourrait aller. Est ce qu'elle signifiait par là qu'il resterait dans ses quartiers ? Sans doute. Elle ne comptait sans doute pas le lâcher d'une semelle maintenant. Elle pour l'heure, elle n'avait toujours pas expliquer réellement ce qu'il allait se passer. Ce qui ne le rassurait pas du tout. Lorsqu'elle revint, il ne la regarda qu'à peine. La laissant se rhabiller, et poser une chemise propre pour lui sur le rebord de l'évier.

"Fini de te laver, et enfile ça."

Il se rapprocha de la baignoire pour finir de nettoyer une nouvelle fois le sang. Pensif. Est ce qu'il pouvait le lui demander seulement ? Elle n'était pas du genre à accorder de faveur, et puis, il était un traitre qui n'attendait que l'Omerta sans peut être pouvoir un jour le connaître... ses mains s'atterdèrent un instant sur les cicatrices qu'il avait gardées. Lui aussi portait des traces de sévices. Ceux de la Tour de Londres, que le changement de genre n'auraient jamais effacé. Autant que ce tatouage dans son dos, une épée traversant une sphère. Dont il ignorait parfaitement l'existance.

"Je … je cherche à trouver quelqu'un moi aussi. Est ce que … vous … m'aiderez …"

Sa voix se faisait de plus en plus tenue. Autant parce qu'il n'y était toujours pas habitué, mais parce qu'il avait honte. Peur. De demander. Pourquoi est ce qu'il réagissait ainsi. Il n'avait plus rien de l'homme qu'elle avait rencontrée. Il avait l'impression de ne plus être le même... c'était terrible à supporter. Est ce qu'il deviendrait fou ?
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum