RPG Dyrelia
Bienvenue sur les archives de Dyrelia ! Vous trouverez ici le planning, les rps en cours, les fiches personnages et les suivis mais aussi beaucoup d'autres projets rpg !

Seuls les partenaires rps pourront s'inscrire, alors n'oubliez pas de faire votre demande !

#8 Against the Wall

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

#8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:43

Lorsqu'il rouvrit les yeux, et qu'il revint une nouvelle fois à la réalité, il fut contraint de remarquer qu'il était partagé entre une certaine douceur et une violente dureté. Un immense malaise et une douleur lui comprimait à présent la poitrine. Et ça n'était pas seulement parce qu'il était allongé face contre terre, dans cette pièce dont il ne reconnaissait pas les traits aux premiers abords... Pourtant, d'un geste délicat, il sentit des plumes venir lui caresser la tête. Ne bougeant pas, venant simplement amener un regard vers ce mouvement, il remarqua sa propre aile, repliée vers lui, comme s'il s'était instinctivement recouvert avec. Il apporta une main, caressant légèrement ces plumes avant de déployer cette aile et tendre le bras pour en mesurer sa longueur… cet étirement fut douloureux. Depuis combien de temps étaient-elles sorties, à présent ? Il n’en avait pas le souvenir … il ne savait plus la notion du temps… voulait-il réellement savoir ?

Passant une main sous son torse, il se hissa pour se redresser, accroupi, venant inspecter à nouveau sa plaie au niveau de son estomac. Écartant sa veste et sa chemise, ses doigts tremblaient malgré le calme sur son visage. Cette blessure, il ne le savait que trop bien, ne se régénèrerait pas d’aussi tôt. Causées par une faux de la mort, les blessures n’étaient pas semblables à celles qu’une arme simple pouvait causer. Pire. Elles pouvaient être à présent mortelles pour lui. Mais il savait qu’il ne mourrait pas de celle-ci …

Son regard se perdit alors sur ses mains, baignées de sang séché. Il savait, à qui ce sang appartenait. Il ne s’arrêtait plus de trembler. Ses mains n'étaient pas les seules témoins du massacre dont il avait été l'auteur ... son visage aussi portait les marques des projections de sang, tout autant que ses vêtements.

Seulement six heures s'étaient écoulées depuis. Six heures, interminables. Qu'il ne savait remettre à l'endroit. Où il avait l'impression d'avoir eu des absences. De trop nombreuses absences. Il se sentait déboussolé. Perdu. L'esprit clair, sur au moins une seule chose.

Il avait massacré un homme.

Un dieu de la mort pour être précis. Mais cela faisait-il vraiment grande différence ? La raison lui échappait. Tout ce dont il se souvenait, c'était de se voir, l'égorger encore et encore, jusqu'à ce que la tête ne se détache du corps. Tant de violence et de colère. Pourquoi ? Il n'en savait rien... cet homme n'avait rien fait. Il avait seulement essayé de l'aider.

Son corps entier fut parsemés de tremblements à cette seule pensée.

Michael serra les poings contre le parquet de cette pièce. Où il était ? Il ne le savait que trop bien. Bien qu'il n'y était jamais entré auparavant. 21A, Kellett Road, Brixton. Il ne savait trop comment il avait réussi à arriver jusque là, bien qu'il savait que ce choix était le sien.

Ne pas se faire attraper, avant d'arriver jusqu'ici surtout... car personne n'aurait jamais laissé quiconque monter jusqu'aux appartements privés de Andrea Leone. Il aurait sans doute exécuté sur place par Calvelli son bras droit, en personne, avant que cela n'arrive. D'ailleurs, la porte devait être close... son regard se tourna vers la fenêtre qu'il avait cassé pour rentrer. Ce n'était surement pas ce détail qu'on remarquerait en premier dans la pièce. Il en était certain.

Andrea n'était pas là. Personne n'était là. La mafia vit la plupart du temps la nuit. Il ne connaissait pas l'emploi du temps de son "employeur" dans son entièreté. Sans doute un rendez-vous sans importance ... une réunion de famille improvisée ? Michael n'arrivait à sourire, même à ce détail pourtant cocasse. Il ne voulait plus qu'une chose. Qu'elle revienne.

Il se rallongea sur le sol, se dissimulant et s'enveloppant à nouveau avec ses ailes. En pleine nuit, la lumière était beaucoup plus tamisée, seul le clair de lune éclairait bien la pièce. Et c'est plongé dans cette non-obscurité, qu'il attendit.

Pour la première fois de sa vie, il n'essaya pas d'anticiper ce qu'il allait se passer. Car il ne le savait que trop bien.

Et c'était pour cette raison qu'il était aussitôt venu.
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:43

Alors qu'il s'était une nouvelle fois abandonné à l'inaction, laissant simplement le silence le bercer, son esprit déjà loin de tout, un fracas fit sursauter son corps entier. Son coeur battait à nouveau la chamade, alors que la douleur se réveilla. Il se sentait tétanisé, l'espace de quelques secondes, incapable de se relever. L'adrénaline se montra absente. Ses yeux de nouveaux ouverts, il fixait la fenêtre en face de lui. Derrière lui, quelqu'un était rentré, et avait surement tapé dans un meuble... une nouvelle source de lumière doit surement l'éclairer.

Aussitôt après, un souffle traversa la pièce. Avant de s'arrêter net au niveau d'une de ses ailes. L'objet coupant le frôlant de très près. Suivit d'une voit reconnaissable entre toute. Elle est là. Enfin. Il n'est plus question de faire demi-tour.

"Donne-moi une raison. Avant que je ne t’abatte."

Puis rapidement, le chien d'une arme qu'on enclenche. Il ne connaissait que trop bien ce son. Pour l'avoir de multiple fois lui-même déclenché. L'aile qui recouvrait son corps se déplia à nouveau, alors qu'il peina à poser main à terre. Il se redressa, prenant soin à ne se dévoiler qu'au dernier moment, silencieux, calme à nouveau. Il se retourna, sans aucun geste brusque. Laissa un temps de silence ; il ne la fixait pas dans les yeux, son regard se posant sur l'accoutrement qu'elle portait et l'arme qu'elle tenait. Aucune expression sur le visage, bien que ce dernier conserve toujours ces traces de sang séchés. Ses yeux ne trahissent aucune inquiétude.

Il pouvait ressentir. Ses sens d'anges étaient pleinement là. Il n'avait jamais été aussi loin dans cette nature... il pouvait ressentir son choc. Une certaine interrogation. Mais aussi ... elle était alerte. Et elle le serait encore plus, en voyant qu'il était couvert de sang.

" ... ça ne vous va pas du tout."

Il leva enfin son regard clair et bleuté vers le sien. La détermination était bien là. Elle n'hésitera pas un seul instant. Et pourtant, pour la première fois, il joua franc jeu. Ne joua aucun rôle. Lui montra ce qu'il était réellement. Ce qu'il pensa réellement. Non, ce soir, plus de comédie. Plus de mensonges.

"Qui est Dorian ?"

Il ne pensait pas un seul instant que cette question allait améliorer les choses. Non. Il savait exactement ce qu'il avait à dire. Ce qu'il avait à demander. Qu'importe si elle ne lui répondait pas. Il ressentirait jusqu'au moindre sentiment ou émotion qu'elle auraient, à l'évocation de ce nom.
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:43

La cheffe de la mafia italienne ne vacilla pas un seul instant, même en sachant l'identité de l'intru. Ce fut en revanche lorsque le prénom de Dorian fut prononcé qu'elle eut une réaction : son bras sembla se décaler un court instant. Elle resserra son emprise sur son arme. Sans doute pour s'assurer qu'elle ne le lâchera pas. S'il y avait bien une chose à ne pas faire, c'était d'allumer la mèche. Mais c'était précisément ce feu là, qu'il voulait voir se déchaîner. Ressentir. Tant de chose contradictoire semblait émaner d'elle à présent. Un sentiment d'abandon … mais un amour. Un amour qui maintenant se traduit par une haine… une rage… qui est donc Dorian pour elle ? Un amant ? Non … ce n'est pas ce genre de trahison, pas ce genre de sentiments…

"Un traître."

Cette réponse glaçante sonne comme un écho, alors que Michael s'est laissé envahir par les sentiments de Leone. Elle ne montre rien. Mais lui le sent. Et bien vite, il essaye de s'en couper. S'il continue à se laisser manipuler par ce qu'elle peut bien ressentir, il ne saura plus faire la différence avec ce que lui ressent…

Il ne sait toujours pas qui peut bien être Dorian. Exactement. Bien qu'il en sache un peu plus sur leur relation, et surtout, sur sa traitrise envers la famille Leone… elle le recherchait sans doute. Surement le mettre face à ces fautes… mais pourrait-elle le tuer aussi facilement qu'elle s'était débarrassée des autres ? Si jamais elle le retrouvait … car il pensait bien avoir malencontreusement empêché cela. Sauf si …

"Qui es-tu ?"

Une question qu'il pensait tout à fait légitime. Après ce qu'il venait de dire. Ce qu'il venait de faire.

"Je pense que vous êtes assez intelligente pour savoir qu'Hayden Lewis n'a jamais existé en réalité."

C'était sans doute là la révélation la moins intéressante du monde. Et pourtant, elle lui permettrait sans doute de confirmer des doutes qu'elle avait pu avoir. Si jamais il ne s'était pas trompé du moins. Il la pensait réellement assez maligne pour l'avoir pu deviner. Il espérait vraiment ne pas avoir fait un mauvais jugement ... car malgré ce qu'on pouvait croire, il l'estimait. Bien plus que le commun des mortels. Peut être même plus qu'un pseudo monde céleste chargé de protéger les humains. Ou du monde infernal, sensé les corrompre.

Une deuxième raison qui l'avait retenue de tirer ce jour là.

Plongeant toujours son regard dans le sien, il tenta cette fois de s'avancer vers elle. Un seul pas qu'il posa devant l'autre, tout doucement...

"Il fut un temps où l'on m'a torturé des jours durant, pour obtenir cette seule information. Si vous pensez mieux la mériter qu'eux ... tentez votre chance et redemandez-moi encore une fois. "

Ses bras étaient restés le long du corps. A aucun moment il n'avait montré signe d'agression. Pas même un sourire sur son visage. Il était toujours aussi sérieux ... et pourtant. Sa voix semblait d'un coup beaucoup plus rauque.
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:43

Leone fit à son tour un pas vers lui, venant prendre au passage une page de journal arrachée sur sa commode, la jetant à ses pieds. Son arme était toujours pointée vers lui, pourtant il baissa les yeux pour observer le papier. Il reconnu parfaitement son propre visage, datant d'il y a un an. Rien qu'en une année, il avait changé, sa nouvelle nature l'ayant affecté. Mais elle ne pouvait se tromper sur la ressemblance. Michael s'abaissa pour ramasser le papier, avant de se redresser.

"Je pense que tu es celui qu’on appelait le Boucher de Londres."

Il n'avait jamais lu cet article. Emprisonné à la Tour de Londres à cette date, il n'avait aucune idée précise de ce que l'opinion publique pensait de lui. En revanche, il avait eu un très bel aperçu de ce qui avait dû se passer en dehors, et surtout ... dans l'esprit des forces de police. Randall et Lewis avait été riches d'informations. Le premier pour lui dire que quelqu'un l'avait reconnu grâce au photo. L'autre ...

"Mais ce n’est qu’un sobriquet. Et je doute que toutes les victimes que Scotland Yard t’attribue soient réellement les tiennes. Ai-je raison ?"

Ses yeux parcoururent rapidement l'article en question, quand son regard fut attiré par un mot en particulier. Charlotte. Puis une autre phrase étrange. "Un indicateur anonyme" ... il n'avait jamais entendu parler de cette histoire... ni n'avait jamais vu ce symbole de sa vie. Comment ... pouvait-il se retrouver sur ses victimes? Toutes ses victimes?

Le visage impassible de Michael prit alors une toute autre dimension. Gravité extrême mélangée à de l'interrogation. Cet article comportaient des éléments nouveaux. Et quoi qu'il avoue, cela le chamboula, encore plus qu'il ne l'était en cet instant.

"Comment connais-tu ce nom ?"

La nouvelle question de Leone lui fit relever les yeux vers elle. Il relâcha l'extrait du journal, qui continua sa course vers le sol. Encore une fois, une de ses ailes eu un mouvement léger, traversé d'un spasme.

"Non, j'ai bel et bien tué tout ces gens."

Elle était aussi maligne qu'il l'avait imaginé. Mais elle voyait également des complots, là où il n'y en avait pas. On lui avait fait la liste complète de ses victimes répertoriés, et aucun nom n'avait été de trop. Il avait bien supprimé chacune de ces personnes, rayé de la surface de la terre. Il comprenait mieux à présent. Le Mauser. Les enfants. Durant cette mission elle avait donné beaucoup d'indices sur ce qu'elle pensait de lui ... la mission... il lui devait cette vérité.

"C'est moi qui ait brûlé les documents après les avoir lu."
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:44

Les yeux bleus de Michael fixent instinctivement le canon de l'arme pointé vers lui. Les doigts se resserrent, tout comme son cœur au fond de sa poitrine. Ce n'est plus le silence qui l'assourdit, mais le battement interminable qui lui monte jusqu'à la tête et fait vibrer ses tympans. A n'importe quel moment, la balle peut être tirée. Le temps passe, alors qu'il lui semble s'être figé. Combien de temps lui faudrait-il pour se vider de son sang ? Pour mourir ? Est-ce que ce sera douloureux ? Est ce qu'il verra quelqu'un le faucher ?

"Je vois."

Sa respiration se stoppe. Brutalement. Revenant à cette réalité. Le tir n'est jamais parti. Elle n'a jamais appuyé sur la détente. Il est encore vivant. Il relève les yeux, toujours aussi inexpressif, essayant de comprendre pourquoi elle ne l'a pas fait. Ce qu'il a raté.

"Pourquoi être venu ici ?"

A cette question, il semble qu'un poids immense lui retombe dessus. Il voulait s'en débarrasser. Il avait cru pouvoir. Effacer cette image de violence dans son esprit. Oublier qu'il avait massacré Daemon. Alors Michael se laisse affaisser par cette force, laisser ses genoux plier, pour enfin toucher terre. La tête basse, il espère qu'il n'est pas encore trop tard. Qu'il peut encore tout arrêter.

"Pourquoi vous ne me tuez pas ?"

Voilà des heures qu'il essaye, en vain puisque son ange l'en empêche. Combien de fois depuis qu'il connait ses actes il a tenté de s'infliger la souffrance pour se punir. Combien de fois il n'a su le faire.

Leone était pour lui la seule solution. Il était désespéré, de voir qu'il était devenu le monstre qu'il avait toujours essayé de combattre. Non. Il l'était déjà bien avant. Il l'avait toujours refoulé. Et pourtant même en le sachant, il ne pense pas mériter plus qu'un autre de vivre. Il se sent coincé, face à un mur immense. Il craque.

"Faites-le."
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:44

"Non."

Son cœur résonna encore dans sa poitrine. Comme un morceau de tambour joué pour lui. Mais ce n'était pas sa mort qui est annoncé : c'était son sursit. Il resta à genoux, plié devant sa volonté. Comme se prosternant devant elle.

"Dorian."

Est-ce donc cela qui l'avait retenu ? Des informations ? Ni de la pitié, ou de la charité. Elle avait un objectif à remplir. Il s'était placé devant. Mais elle savait parfaitement, qu'elle pouvait le retourner à son avantage, pour s'en faire un pion. Il n'avait pas la force de lutter. Il ne voulait plus choisir pour lui. Les barrières invisibles qui le retenait étaient tombées, démolies par un ras de marée bien trop puissant. Il avait envie de crier contre cette injustice. Contre cette paix qu'il ne pourrait jamais connaître. Contre toutes ces souffrances passées à perdre les gens qu'il avait aimé autour de lui.

Aujourd'hui et à jamais. Il lui appartient.

Michael redressa ses mains pour les regarder. Il se sentait différent, il avait l'impression de ne plus réfléchir de la même manière qu'auparavant. Ces émotions étaient beaucoup trop intenses pour lui … il regarda une goutte tomber de sa joue. Puis une autre.

C'est la première fois qu'il pleura … depuis qu'il n'avait pas su la sauver. Sa détresse était la même, que ce jour où il avait pressé la détente une fois de trop.

Il ressentit une douleur dans sa poitrine, alors il se plia un peu plus vers l'avant, posant ses mains à même le sol. Il retint un cri dans une inspiration. Sa voix, elle n'était plus la même. Féminine.

Son corps changea de lui-même, incapable de résister à cette transformation. Le regard tourné sur le sol, il ne voyait que ses cheveux s'allonger. Ses mains s'affiner. Il fermit les yeux jusqu'à que ce soit fini.

Il savait pourquoi il s'était changé en femme contre volonté. Et ce n'était pas la faute de l'ange au creux de lui. Michael n'avait adopté cette forme qu'une seule fois. Durant à peine plus d'une vingtaine de minutes. C'était plus de la curiosité. Savoir qu'il pouvait changer de forme pouvait l'aider à jouer plusieurs rôles. Mais au final il ne s'en était jamais servi encore. Il se sentait bizarre.

Il essuya ses larmes d'un revers de main, redressant ses yeux vers Leone.

Que dira-t-elle … elle en a trop vu. Ce n'était pas sensé se passer comme ça …
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:44

Michael garda son visage tourné vers Leone, qui s’avança assez pour pouvoir passer ses doigts le long des nouvelles lignes de son visage, le sang séché se nettoyant légèrement dans le sillon de ses larmes, saisissant finalement son menton et le redresser vers elle.

“Souviens-toi de ta promesse.”

Ses yeux bleus ne quittèrent plus les verts qui le fixaient. Ses gestes étaient doux, mais il savait qu’à n’importe quel moment, à n’importe quel mot, ils pouvaient redevenir violent. Et bien qu’il n’en était pas effrayé, il ne faisait rien pour lui faire changer d’état d’esprit. Ce moment devait être si rare, qu’il méritait d’être préservé.

“Tu vas m’aider à retrouver mon frère.”

Michael baissa les yeux, hochant par la même occasion la tête mais restant silencieux. Dans un mouvement, il tenta de se redresser alors qu’un nouveau déchirement se faisait sentir dans son ventre. Il rapporta une main à son abdomen, écartant un peu les vêtements devenu légèrement trop grand pour ce corps féminin. La blessure de Daemon le faisait incroyablement souffrir, et pour cause : la faux faisait bien plus de dégâts qu’une simple lame. Il s'était remis à saigner.

“J’ai …”

Il s’arrêta un instant, coupé par une impression étrange de ne plus être lui-même. Cette voix nouvelle le perturba. Sa voix se faisait plus basse, comme honteuse. Bien qu’elle restera toujours plus chantante et aïgue que sa voix originelle.

“Est-ce que je peux me nettoyer quelque part, s’il vous plait …”

La marque de politesse lui était venue d’instinct, comme paraissant légitime. Ce n'était pas une supplication. Il voulait juste se débarrasser de ce sang. Sur ce visage, ces mains qui étaient à présent siens. Il savait qu'il allait avoir beaucoup de mal à se faire à ce corps. Peut être même bien plus que de s'être totalement dévoué à elle. Ces sentiments et sa manière de penser... rien n'est plus comme avant.
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:44

Ses yeux bleus suivirent le mouvement de l’arme à feu jetée sur le matelas, comme une délivrance retirée à jamais de ses possibilités d’atteindre un jour la douce quiétude. Puis un geste fait un son encontre, pour venir l’aider. De l’aide ? De la part de Leone, il n’aurait jamais pensé cela possible. Certes, son état devait être alarmant, mais il ne l’était pas au point de totalement l’affaiblir. Il ne fit pourtant aucune remarque, parce qu’il se rendit vite compte qu’il en avait besoin.

“Attention.”

Il se tenait le ventre, d’une main, passant son autre bras sur les épaules d’Andrea pour prendre un appuie, avant de se laisser guider. Il fut surpris de voir qu’ils ne quitteraient pas les lieux, bien qu’il comprit un peu ses craintes. Sa nature d’ange aurait sûrement suscité bien trop de questions gênantes pour le moment. Ils entrèrent ensemble dans une salle de bain, avant qu’il ne soit déposé sur une chaise. Ses ailes lui semblaient à nouveau trop lourdes, alors il les laissa retomber de chaque côté de corps.

Lorsque Leone revint vers lui, elle tenait dans ses mains une paire de ciseau. Elle s’agenouilla face à lui avant de venir ouvrir sa chemise sans procession pour mieux accéder à la plaie. Bien que Michael ne considérait pas encore ce corps féminin comme étant le sien, cette nouvelle nudité sembla profondément le déranger.

Andrea se chargea elle-même de s’occuper de la blessure qu’il avait au niveau de l’estomac. Son expertise n’était pas étonnante. Le milieu dans lequel ils évoluaient tous deux leurs avait appris à devoir se débrouiller dans de pareille circonstances. Tout comme lui, cela devait faire longtemps qu’elle ne comptait plus les plaies recousues par ses soins. Son regard se perdit sur la cicatrice qu’elle portait sur la joue gauche, alors qu’elle le soignait. Il se demanda depuis quand elle avait bien pu l’acquérir, mais se garda bien de le lui demander.

Une fois la plaie recousue, et que le bain commençait à couler, Michael observa de nouveau son corps. Nu, il ne s’était jamais vu. Il avait peur de se découvrir devant elle. Il releva la tête pour la regarder une fois qu’elle s’adressa de nouveau à lui.

“Ton nom.”

Il se leva de sa chaise, venant s’approcher du bain, regardant son reflet dans l’eau. Son apparence était très similaire à celle qu’il avait, bien qu’on pouvait y déceler une expression bien plus mélancolique en cet instant. Il ne s’aimait pas. Pas plus qu’avant. D’une aile, il masqua la vision qu’il avait de lui, laissant le bout de ses plumes plonger dans l’eau.

“Ce nom ne sied plus à ce que je suis devenu …”

Il laissa cette réflexion en suspend, tournant de nouveau ses yeux naturellement vers elle. Est-ce qu’elle voudrait toujours obtenir la vérité, même en sachant cela ? Il tira les derniers vêtements qui lui restait pour se mettre à nu. La réponse lui échappa d'entre ses lèvres. Sa voix se faisait plus douce.

“Michael.”
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:44

Comment ce prénom avait-il pu lui échapper aussi facilement ? Lui qui avait été torturé des jours à la Tour de Londres pour obtenir ce genre d’information. Etait-il devenu aussi désespéré pour ainsi avouer qui il était ? Non. Ce n’était qu’un prénom. Le départ de Leone ne l'effraie pas. Il sait qu’elle n’est pas loin. Il en profite pour venir s’immerger, en faisant attention à ses blessures. Enfin, il va pouvoir effacer tout ce sang. Même s’il ne pourra jamais se débarrasser de ces souvenirs. Cette cruauté … oui, c’est ce qu’il est à présent : inhumain. Ni humain ni ange d’ailleurs. Ni homme ni femme. Les mots du démon croisé dans l’église lui revienne en mémoire. Monstre. Anomalie.

Ses mains fines viennent apporter de l’eau à son visage, venant se débarbouiller. Ses ailes viennent naturellement se poser de chaque côté de la baignoire. Etrangement, l’eau lui apporte un peu de réconfort. Il n’a pas l’habitude de ce genre de luxe. Prendre le temps de se ressourcer dans un bain. Il ne le fera pas maintenant de toute manière, venant s’appliquer à se nettoyer.

“Ada. Ce sera ton nom.”

Son regard reste baissé sur son corps, ne regardant déjà plus Andrea. Peu importe le nom qu’elle lui donne. Ce n’est qu’un autre parmi tant d’autres. Il a l’habitude de ne jamais avoir le même nom. Partout où il va. Ce n’est pas une habitude qu’il va perdre. Même si la raison pour laquelle elle a choisi précisément lui l’intrigue. Ce n’est peut être pas le moment ...

“ Je veux savoir ce que tu as lu. Sur Dorian.”

Enfin. Ce qu’elle attend depuis le début. Il se doutait bien que la question viendrait à fuser. Il n’est en vie que pour cette raison de toute manière. Il ne servira à rien d’autre qu’à ça. Depuis quand considère-t-elle les gens en objet et plus en personne ? N’a-t-elle jamais eu de problème à cause de cela ?

“C’était en italien. Je n’ai pas tout compris.”

Et c’était vrai. Il avait des bases latines et françaises, donc ça l’avait aidé pour saisir des notions de mots. Mais pas l’intégralité des documents. Il n’avait pas non plus trop la tête à se rappeler, les images de Daemon se mêlant dans son esprit. Pourtant, il essaya de faire une effort.

“Il y avait une lettre de … Dorian. Je pense qu’il s’agissait d’une demande de protection. Enfin, il y avait le mot immunité. Lui et sa femme…”

Immunità. Compagna. Discendenti. C’était des mots parfaitement compréhensible pour n’importe qui. Le reste ça. Il ne pouvait être certain. Son regard se détacha alors pour se poser sur ses affaires laissées sur le sol. Dans cette pile de vêtement, quelque part, se trouvait toujours son carnet. Son colt et son Mauser. Et surtout : une faux de la mort.

“Je sais comment faire …”

Il sortit du bain pour se précipiter sur ses affaires, ayant enfin trouvé le moyen de répondre parfaitement aux attentes de Leone. Il fouilla vite fait ses poches, se moquant ouvertement de l’eau qui s’écoulait de lui, ou de sa nudité à présent, venant s’emparer du rasoir dans sa main. Au point où il en était, ce n’était pas une blessure de plus qui l’inquièterait.

Il fallait qu’il frappe directement dans sa poitrine. Là où l’âme se trouvait. Mais elle n’allait surement pas être contente de voir qu’il se mutilerait là où elle venait de refermer la plaie.

Il posa alors l’instrument pas loin du coeur, plus haut, entre ses seins. Cherchant le regard de Leone.

“Je ne sais pas si vous pourrez voir … sinon je le réécrirais…”

Il ne donna pas plus d’explication, commençant déjà à enfoncer la lame. Le sang perlant vite et une nouvelle grimace de douleur apparaissant sur son visage. Il arrivait à le supporter. Mieux maintenant qu'il se disait qu'il me méritait.
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Dyrelia le Mar 13 Nov - 8:44

Il ne cherchait pas tellement un signe d’approbation en venant la fixer, alors qu’il continuait d’enfoncer la lame du rasoir dans son corps. Le regard vert et froid posé sur lui ne le mettait plus mal à l’aise. Et même si elle avait réagi à la vu d’une nouvelle arme, resserrant un instant son propre poignard, prête à s’en servir s’il osait faire quelque chose à son encontre, il savait maintenant qu’elle réfléchirait à deux fois avant de venir lui faire le moindre mal. Certes, une coupure ne le tuerait pas. Mais à présent qu’il lui était utile, il serait contradictoire d’entraver ses propres desseins en portant atteinte à celui qui pourrait l’aider à tout obtenir.

“Ne t’avise pas de mourir.”

Il savait qu’avec cette faux, cela pourrait effectivement arriver. S’il allait trop loin où s’il perdait trop de sang, peut-être en effet. Mais il savait que l’ange au creux de lui ne le laisserait jamais aller jusque-là. Il l’avait déjà bien arrêté avant que Leone ne soit choisi comme dernière solution. Désespérée. Inutile au final. Sauf peut-être une fois sa tâche auprès d’elle terminée. Se terminerait-elle seulement un jour ? Où devrait-il à jamais être sous les ordres du clan Leone de génération en génération ?

Alors que le rasoir fut enfoncé à un peu plus de sept centimètres, le sang se mit à couler plus abondamment, glissant le long de son corps pâle et humide, contournant le nombril et continuant sa course. C’est lorsque les premières gouttes n’atteignirent le sol et qu’il chercha à se concentrer sur l’instant voulu que la cinématique ne sortit de la plaie nouvellement créée. Une longue et grande bobine fit le tour de la pièce comme cherchant à s’accrocher quelque part, et finit pourtant à revenir prêt de son hôte, continuant à se déroulant et montrant des images de ce jour de mission, où il avait brûlé les documents.

“Vous m’auriez tué si vous aviez su ce que j’avais vu … si je ne les avais pas détruit. Je l’ai fait pour me protéger, plus que de vous nuir.”

Il ignorait réellement si elle pouvait voir ce moment sur la bobine ; si un humain était capable de voir tout ceci juste parce qu’il avait l’habitude de côtoyer la mort. Cet instant où il avait arraché la vie des italiens au dernier étage, grâce à ses capacités angéliques. À cet instant où ses yeux parcoururent les documents, qui à présent se retrouvait à nouveau complet. Par réflexe, et tremblant, Michael lâcha le rasoir pour se précipiter à nouveau sur ses affaires, cherchant son carnet et une mine.

Il parcourut rapidement les pages de son carnet, à la recherche d’une page vierge, dévoilant des écritures presque impossible à déchiffrer, mais surtout des visages. Celui d'Ewilanne et de Grell, puis celui de Calvelli et Andrea, fidèlement reproduit, avec des annotations. Quand enfin, il trouva où écrire, sa main ensanglantée s’agita aussi vite qu’elle le pouvait, regardant la bobine pour retranscrire les mots italiens qu’il avait vu, laissant des traces de sang avec les phrases sur le papier. Sa main continuait de trembler, son écriture n’était parfaitement droite. Il continua sur plusieurs pages, à la hâte, jusqu’à ce qu’il termine.

Mais la cinématique ne s’arrêta pas, elle sembla même se dérouler de plus en plus vite, alors que les yeux de Michael se posèrent sur un morceau de papier. De ses doigts, il le tira vers lui, pour découvrir le portrait qu’il avait fait sur une page déchirée. Ces traits, reconnaissables entre tous. Ceux de la petite Charlotte. Michael releva les yeux vers sa cinématique, remarquant qu’elle s’était arrêtée sur le même visage dessiné. Sauf qu’elle était habillée en garçon manqué. Au côté de son père.

█ █ █ █ █ █ █ █ CINEMATIC RECORD █ █ █ █ █ █ █ █

Devant Michael, plus jeune et surtout bien moins costaux, se tient un homme brun au nez aquilin, avec un béret sur la tête. À ses côtés, un petit garçon aux cheveux Châtains et aux yeux bleus azurs qui regarde le nouveau venu d’un air à la fois curieux et impressionné.

“On m’a dit que vous cherchiez du travail. Je serais enchanté de faire appel à vos compétences pour m’aider. J’envisage sérieusement de prendre un employé, j’ai de plus en plus de commande, et on m’a dit que vous étiez un gentil gars.”

Michael afficha une mine gênée, avant de se frotter l’arrière de la tête, en regardant l’homme d’un air circonspect.

“Je ne pense pas être vraiment celui qu’il vous faut … je ne connais pas bien le métier de menuisier.”

L’homme se met à rire, avant de regarder les mains et les bras du jeune homme, haussant finalement les épaules.

“Haha oui vos mains sont bien plus délicates que les miennes de par vos anciens boulots … mais vous savez, il faut parfois beaucoup de minutie pour travailler le bois. Je vous apprendrais.”

Michael finit par hocher la tête, avant de porter son regard sur l’enfant à ses côtés.

“C’est votre fils ?”

L’homme hoche la tête, avant d'agripper l’enfant au niveau des épaules et de le placer devant lui. Il sourit en faisant les présentations.

“Mon petit Charlie. Il a tout le portrait de sa mère… malheureusement elle nous a quitté il y a deux ans, il était encore tout jeune. Dis bonjour à Michael Charlie!”

“B’jour…”

Aussitôt dit, l’enfant vint se cacher derrière son père, venant timidement jeter un coup d’oeil vers l’inconnu.

Le père éclata de rire, alors que Michael montra à nouveau une expression de gêne.

“Je crois que je lui fais peur.”

“Il n’a pas l’habitude des inconnus. Je le laisse rarement sortir tout seul, on ne sait pas ce qu’il pourrait lui arriver. Les autres enfants ne sont pas trop gentils avec lui. Les moqueries vous savez … ”

“Oui, j’étais dans le même cas que lui à son âge …”

Michael plissa un instant les yeux, en regardant à nouveau le père, cillant un instant.

“Ca ne va pas ?”

“N-non non … je … je me demandais juste pour le logement…”

“Oh oui vous pouvez vivre avec nous, il y a assez de place pour trois. Tant que vous participez aussi à la corvée ça ne me dérange pas du tout.”

------

Alors que Michael étendait le linge dans la cour, les rires d’un père et son enfant jouant envahissait les lieux. Ils couraient l’un après l’autre, sous le regard amusé du jeune homme. Alors qu’une connaissance du père ne vint interrompre le jeu, laissant Charlie et Michael seuls.

Le garçon passa la tête à côté d’un long draps blanc, regardant Michael.

“Bouh.”

Michael sourit doucement, même si on voyait que le sourire était forcé et qu’il n’en avait pas l’habitude. Il continuait à s’occuper

“Il va falloir te couper les cheveux, ils commencent à être trop long …”

“Non non non non papa veux pas ! Papa veut pas !”

L’enfant s'agrippa à ses cheveux en se mettant à hurler de terreur. Le père accouru alors, aux abois, avec son ami. Il poussa Michael pour l’éloigner de l’enfant, venant prendre Charlie dans ses bras.

“Qu’est-ce que tu lui as fait ?! Tu l’as touché ?!”

“Quoi ? Non … non bien sûr que non....”

Il essaya de se relever mais l’ami du père lui donna un coup de pied en pleine poitrine, alors que l’enfant continuait à crier et pleurer.

“TU NE TOUCHERAS PLUS JAMAIS A MON ENFANT SALE PERVERS”

“C’est répugnant!”

“Casse toi d’ici !”

------

Michael observe dans une rue le menuisier tenir la main de son enfant et s’éloigner. Il semble plongé dans une intense réflexion. Dubitatif.

------

Sur les docks, la pluie tombe drue sur Londres. Michael se retrouve face à une scène d’horreur, d’un père violant son enfant. Malgré son effroi, il se jette sur le père pour l’arracher de lui, venant démarrer une bagarre. Finalement, le père tente de s’enfuir et alors qu’il tente de le rattraper, l’homme tombe dans la tamise. Il tente de se débattre dans l’eau, ne sachant nager. Il se noie.

Michael retourne près de l’enfant. S’approche de ce corps brisé, fragile. Immobile mais pas encore achevé. Le jeune homme tremble, devant cet enfant dont l’innocence a été effacé.

“Je … je vais m’occuper de toi …”

Après examen, il se rend compte de la vérité. Cette triste vérité. Elle n’est pas un garçon. Mais une fille.

“Charlotte. C’est Charlotte…”

Il relève les yeux vers elle, alors qu’une larme barre sa joue. Elle parle faiblement. Son regard est déjà éteint. Aucune larme sur son doux visage.

https://youtu.be/jTwdGRHl5Mw

“Papa … il me disait toujours que je ressemblais à maman… elle lui manquait…”

Michael serre les poings, avant de prendre l’enfant dans ses bras de toute ses forces.

“Je vais m’occuper de toi. Plus personne ne te fera jamais plus de mal. Jamais je te le promets.”

“Tue-moi.”

Ses petites mains glissent sur le revolver qu’elle sent contre elle. Lui remet dans ses mains alors qu’il éloigne son visage.

“N-non … non je ne peux pas …”

“Tue-moi. Fais le … pour moi. Je compte avec toi… ”

Elle amène avec lui le canon à sa tempe. Le regardant dans les yeux.

“5. 4. 3. 2. 1.”

Le coup part.

Le corps s’écroule dans ses bras alors qu’il laisse tomber l’arme par terre.

Il revient la serrer aussi fort qu’il peut.

Criant.

█ █ █ █ █ █ █ █ CINEMATIC END █ █ █ █ █ █ █ █

Les larmes coulent sur ce nouveau visage autant que le sang sur le sol de la salle de bain. De revoir ce qu’il a vécu, cet instant précis, l’achève totalement. Une fois de plus. Son regard se perd dans le vide, alors qu’il est pris de nouveaux tremblements. Peu lui importe, si elle a pu ou non voir ceci. Peu importe à présent ce qu’il peut bien lui arriver.

Pour avoir choisi de donner la mort à cette enfant. De n’avoir su percevoir dès le premier jour qu’il se passait d’étranges choses. Il paiera pour ces fautes. Même la mort serait bien douce pour lui. Au moins, peut-être qu’il pourrait rejoindre Charlotte.

Non. Il ne mérite que l’enfer.
La souffrance.
Encore.
avatar
Dyrelia
Priopriétaire du site
Priopriétaire du site

Messages : 221
Points : 446
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://dyrelia-rpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #8 Against the Wall

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum